Bulletin 138 - anori


Association Nationale
des Réservistes de l'Infanterie
Bulletin de liaison n°138 2ème Trimestre 2010 Des statuts plus ouverts pour encore mieux servir
l'Infanterie et la Défense
Lors de l'assemblée générale 2010, l'Association Nationale des Réservistes de l'Infanterie a modifié ses statuts pour s'adapter aux réalités de la vie associative actuelle et en particulier dans le domaine de la défense. Tout en conservant les buts indissociables de l'ANORI tout au long de son histoire, l'Association accentue ses fonctions d'intérêt général, notamment en ce qui concerne la promotion de l'esprit de défense, l'entretien du lien Armée-Nation et l'information des citoyens et des réservistes. Son rôle dans les relations entre les associations de l'Infanterie et dans les actions de Mémoire, de Traditions, de soutien au Musée de l'Infanterie et aux salles d'honneur est spécifiquement affirmé. L'ANORI ouvre désormais ses rangs, dans la catégorie des membres associés, à des non fantassins qui s'intéressent à l'Infanterie et désirent soutenir et participer aux actions de l'Association. Les Fantassins auront à guider et à montrer l'exemple à ces futurs nouveaux membres associés, ces Amis de l'Infanterie, qu'ils doivent d'ores et déjà s'attacher à recruter. L'ANORI était déjà bien plus qu'une association de réservistes. Avec ces nouveaux statuts, elle accroît son champ d'action et va prendre un nouvel essor au service de la Défense, de l'Infanterie et des Réserves. Nous sommes tous concernés par ce nouveau développement de notre Association, qui répond à un besoin national dans un but d'intérêt général. C'est une mission qui correspond parfaitement aux qualités et aux aptitudes des Fantassins que nous sommes. C'est ainsi que nous pourrons toujours mieux servir. De tout temps, l'Infanterie a personnifié la volonté de défense de la France, son refus de subir. Elle a toujours été un exemple de dévouement, d'abnégation et d'héroïsme. C'est à nous de nous montrer dignes de nos Anciens qui ont tracé le sillon et en mémoire desquels nous ne devons pas faillir. Comme toujours, il faut progresser, aller de l'avant, innover. C'est ainsi que se prépare et se construit l'avenir. Nous savons répondre « présent ! » et nous serons au premier rang pour servir, fidèles à notre devise : Pour l'Infanterie, toujours en avant !
Lieutenant-colonel (r) Patrice FICHET Président de l'ANORI Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie





Anciens de l'École militaire d'Infanterie de CHERCHELL
Si vous êtes un ancien EOR ou Instructeur de Cherchell, de 1942 (Cherchell Médiouna) à 1962, rejoignez l'ANCCORE, Association Nationale des Cadres de Cherchell, Officiers de Réserve et Elèves, dont les réunions nationales et régionales vous seront l'occasion d'y retrouver vos camarades de promotion et le bel esprit qui nous a unis. Le 8 octobre 2010, sous le patronage de Monsieur le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, l'ANCCORE organise aux Invalides, une cérémonie en mémoire de l'EMI Cherchell et des EOR dont vous avez été. L'office religieux sera célébré à 15h par l'évêque aux Armées, en la Cathédrale Saint Louis des Invalides, Monseigneur Luc RAVEL et sera suivi d'une cérémonie dans la cour des l'Hôtel des Invalides à 16 h 30. Ce jour là, outre les 695 anciens élèves Morts au Champ d'Honneur, avec l'ANCCORE, vous commémorerez le cinquantenaire de la mort au Champ d'Honneur de 35 officiers de réserve anciens de Cherchell, tombés en 1960 en Algérie, dont particulièrement l'aspirant Blaha MEKERTA et le sous-lieutenant François d'ORLEANS qui ont donné respectivement leur nom aux promotions 006 et 101. L'Association Nationale des Réservistes de l'Infanterie (ANORI) s'associe à cette cérémonie et souhaite une présence nombreuse de tous les Fantassins. Site ANCCORE : http://www.emicherchell.com Pour prendre contact avec l'ANCCORE : Site ANORI : J.C ALBERTINI j.albertini@noos.fr tel 04 94 03 01 30 tel 04 67 10 94 20 Saint Maurice 2010
Conformément à la Tradition et sous le patronage du général Patrick RIBAYROL, commandant de l'Ecole de l'Infanterie, l'ANORI célébrera la Saint Maurice, fête de l'Infanterie, à Paris et à Vincennes, durant le troisième week-end du mois de septembre 2010. D'ores et déjà, les manifestations suivantes sont prévues : -vendredi 17 septembre 2010 : - ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe (rassemblement terminé à 17h45 en haut des Champs Elysées), -samedi 18 septembre 2010 : - Cérémonie à la plaque mémorielle des Préparations Militaires au Fort Neuf de Vincennes à 16h00 (rassemblement terminé à 15h45), - prise d'armes de la Sidi Brahim et passation du Drapeau des Chasseurs dans la cour du château de Vincennes, - buffet avec les camarades de la Fédération Nationale des Chasseurs à pied, alpins et mécanisés. Consultez le site internet de l'ANORI sur http://anorinfanterie.free.fr pour y télécharger le bulletin d'inscription. Les éventuelles mises à jour y seront indiquées. Mais retenez d'ores et déjà ces journées sur votre agenda et inscrivez-vous. Fidèles à nos Traditions, nous serons ensemble Pour l'Infanterie, toujours en avant ! Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie



Dernière prise d'armes à Montpellier pour l'École de l'Infanterie
Ordre du jour n°26 du Général IRASTORZA Chef d'État-major de l'armée de Terre
Officiers, sous-officiers, militaires du rang, de la garnison de Montpellier,
La prise d'armes de commémoration de la victoire du 8 mai 1945 revêt cette année à
Montpellier une dimension toute particulière puisque dans quelques semaines, près
de quatre siècles après l'arrivée des régiments de Picardie et de Normandie dans les
années 1620, les dernières formations de l'armée de Terre quitteront la garnison.
Entre la citadelle, aujourd'hui occupée par le lycée JOFFRE et la statue de LOUIS
XIV, témoins du passé de place forte royale des 17ème et 18ème siècles, les casernes
LEPIC et DE LAUWE, ou encore le quartier du POLYGONE, la cité porte la
marque d'une longue histoire militaire.
Au lendemain de la libération, l'école d'administration militaire s'installe en 1946
dans la caserne CHOMBART de LAUWE jusqu'à devenir en 2001 l'école militaire
supérieure d'administration et de management d'aujourd'hui. En provenance de
SAINT-MAIXENT, l'école d'application de l'infanterie rejoint à l'été 1967 la
caserne LEPIC, dans laquelle s'était installée en 1962 l'école militaire d'infanterie
de CHERCHELL. Ce sont ainsi des milliers de stagiaires qui auront été formés
chaque année à Montpellier dans ces deux écoles.
La mission des armées n'a guère évolué au fil du temps, mais le dernier livre Blanc sur la défense et la sécurité en
redéfinit le cadre d'emploi et les contrats opérationnels tandis que la révision générale des politiques publiques leur
impose de nouvelles contraintes. De plus, nos engagements opérationnels mettent en évidence la nécessité d'une
intégration interarmes plus forte de nos unités. Or tout cela ne peut s'apprendre que dans un environnement
permettant plus facilement la mise en œuvre combinée de nos équipements et de nos systèmes d'armes les plus lourds.
Au cœur de ce nouveau dispositif de formation, il y aura désormais le vaste camp de Canjuers avec ses 35 000
hectares, ses espaces de manœuvre et de tir pour l'artillerie, les chars de bataille et les tout récents véhicules blindés
de combat d'infanterie, son centre d'instruction des missiles, ses simulateurs, à 10 minutes de vol, les hélicoptères de
l'école de l'ALAT du Cannet des Maures, et bien sûr, à 25 kilomètres à Draguignan, les infrastructures jusqu'à présent
sous employées de l'école d'Artillerie où l'école de l'Infanterie trouvera naturellement sa place. Tout cela a du sens.
Simultanément, au moment où nous mettons en œuvre de nouveaux modes d'administration générale et de soutien
commun, au moment où nous créons le Service du Commissariat des Armées, le regroupement de l'EMSAM avec
l'EMCTA en école d'administration militaire à Saint-Cyr Coëtquidan, maison mère des officiers, consacrera la
cohérence du dispositif de formation des officiers de l'armée de Terre.
Dans quelques semaines, Montpellier rejoindra la longue liste des villes de France à forte tradition militaire ayant
perdu leur statut de ville de garnison au fil de notre histoire nationale. Cette dernière restructuration a bien
évidemment un coût, notamment humain et affectif, dont le chef d'état-major de l'armée de Terre d'aujourd'hui et le
commandant de l'école de l'Infanterie d'hier mesure parfaitement les conséquences.
Au moment de tourner cette page de notre histoire commune, je remercie le personnel civil des deux écoles pour son
dévouement ces années durant, j'en comprends l'amertume et continuerai de veiller à son repositionnement
professionnel. Je remercie bien évidemment la ville de Montpellier et les Montpelliérains de l'attachement qu'ils nous
ont témoigné, et là où certains auraient pu voir de l'indifférence par habitude, je préfère plutôt souligner une
intégration réussie de très longue date.
Je dis aux militaires que leur mission de formation devra se poursuivre sans interruption, car nos engagements
opérationnels ne connaissent aucune pause et que nous devons à nos soldats des cadres bien formés.
Je forme enfin le vœu que tous ceux qui nous ont été très proches au cours de ces dernières années, les associations et
nos amicales, nos anciens et leurs familles, nos réservistes et les membres toujours très passionnés du trinôme
académique, continuent d'entretenir entre eux et avec leurs anciennes écoles des liens privilégiés, et restent le moteur
puissant du lien qui doit exister entre la Nation et ses armées.

Général d'armée Elrick IRASTORZA Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Assemblées générales extraordinaire et ordinaire 2010
de l'ANORI

De nouveaux statuts pour mieux servir et toujours des activités.

L'assemblée générale annuelle 2010 de l'Association Nationale des Réservistes de l'Infanterie a vu en fait se tenir le
31 mai 2010 une assemblée générale extraordinaire et une assemblée générale ordinaire qui ont siégé dans une
salle de l'Union Nationale des Combattants amicalement mise à disposition par son président général, le colonel
Hugues DALLEAU, administrateur de l'ANORI.
Marque de l'intérêt et de la fidélité à l'ANORI de ses
Le nouvel article 2 fixant les buts de l'ANORI
membres, c'est plus de la moitié d'entre eux qui étaient présents ou représentés à ces réunions.Après avoir Les buts de l'Association Nationale des Réservistes de l'Infanterie sont de : respecté une minute de silence à la mémoire du - promouvoir l'esprit de défense et les valeurs qui s'y rattachent, lieutenant Jean-Louis DUMAS, membre de longue date, assurer le lien Société civile - Forces armées, informer les et de tous les Fantassins tombés au combat, réservistes et les citoyens, l'assemblée générale procéda à la vérification des - resserrer les liens de camaraderie et de solidarité entre les pouvoirs et s'attela à la tâche. réservistes de l'Infanterie, développer parmi eux l'Esprit de Corps et d'Arme, contribuer à la cohésion des militaires d'active L'assemblée générale extraordinaire dote l'ANORI de et de réserve, et y associer tous ceux qui s'intéressent à statuts plus adaptés aux réalités et aux besoins actuels l'Infanterie et désirent soutenir l'ANORI dans ses actions au service de la Défense, - œuvrer pour les relations entre les associations regroupant des lieutenant-colonel fantassins métropolitains, des chasseurs, des marsouins, des présenta le rapport (qui avait été adressé préalablement parachutistes, des légionnaires, des tirailleurs, des zouaves ou à la réunion à tous les membres en même temps que la des amis de l'Infanterie et appuyer leurs activités, convocation) sur le projet de modification des statuts. Il - aider au recrutement et à la reconversion, rappela qu'il s'agissait de rénover les buts de - contribuer au développement harmonieux et au resserrement des l'Association (tout en conservant ceux inhérents à relations employeurs – réservistes – Armées - familles, - promouvoir l'Arme de l'Infanterie et œuvrer à son rayonnement, l'ANORI tout au long de son histoire) en accentuant ses - assurer le devoir de mémoire spécifique à l'Infanterie et la fonctions d'intérêt général, notamment en ce qui perpétuation des Traditions de l'Arme, conserver la mémoire des concerne la promotion de l'esprit de défense, l'entretien régiments et bataillons dissous, soutenir le Musée de l'Infanterie du lien Armée-Nation et l'information des citoyens et des et les musées et salles d'honneur consacrés entièrement ou pour réservistes. Le rôle de l'ANORI dans les relations entre une part notable à l'Arme, les associations de l'Infanterie et son devoir en matière - représenter les fantassins auprès des autorités civiles et de Mémoire (notamment des régiments et bataillons militaires et auprès des autres organisations associatives, dissous), de Traditions et de soutien au Musée de - défendre et promouvoir les intérêts moraux, matériels et professionnels civils de ses membres. l'Infanterie et aux salles d'honneur est aussi souligné.
Par ailleurs, le projet ouvre l'Association à des personnes qui n'ont pas servi dans l'Infanterie, mais s'y intéressant et
désirant soutenir et participer aux actions de l'ANORI en tant que membres associés. Il simplifie aussi la procédure
d'affiliation des personnes morales à l'ANORI. Enfin, il est rappelé que seuls les membres actifs (c'est-à-dire les
Fantassins français) ont voix délibérative dans les assemblées et peuvent être élus.
Après débat, le projet de modification des statuts est adopté à l'unanimité et pouvoir est donné au président, au
secrétaire général et au secrétaire général adjoint pour effectuer les formalités de dépôt des statuts.
Un bilan satisfaisant pour 2009 et une volonté d'action pour 2010

Ouvrant ensuite l'assemblée générale ordinaire, le Président présenta le rapport moral de l'exercice 2009.
RAPPORT MORAL DE L'ANNÉE 2009
présenté par le lieutenant-colonel Patrice FICHET, président de l'ANORI, à l'assemblée générale ordinaire du 31 mai 2010 Tout au long de l'année 2009, l'Association Nationale des Réservistes de l'Infanterie a poursuivi et renforcé sa politique de présence, de recrutement, d'information et de contribution au rayonnement de l'Arme, à la perpétuation des Traditions et à la transmission de la Mémoire, toujours au service de l'Infanterie, sa raison d'être. L'exercice 2009 a été particulièrement bien rempli et, à titre de symbole, le point culminant a été la remise de son nouveau Drapeau par le général RIBAYROL, commandant l'Ecole de l'Infanterie, en présence du général d'armée IRASTORZA, chef d'état-major de l'armée de Terre, le 19 septembre 2009, à Vincennes, lors des célébrations de la Saint Maurice et de la Sidi Brahim. Porteur de l'insigne de l'ANORI et de ceux des subdivisions de l'Arme, ce Drapeau porte fièrement notre devise « pour l'Infanterie, toujours en avant ! ».Sa première sortie lui a valu de faire la « une » du « Journal des Combattants », ce qui manifeste l'importance de l'ANORI auprès du Monde Combattant (et de son rôle dans le lien Armée-Nation et la promotion de l'esprit de défense). Acquis grâce aux dons de nos membres, une participation de l'UNOR et une subvention de l'ONAC, c'est notre Drapeau et nous le portons haut et fier, fidèles à l'exemple de nos Anciens, les Fantassins qui ont fait l'histoire de la France. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie


L'ANORI a plus que jamais été présente au sein de l'UNOR et de l'ANRAT pour représenter les réservistes fantassins et contribuer à l'action du mouvement associatif des Réserves, qui est une composante inhérente à la notion de Réserve et une manifestation de l'esprit de défense qui anime tous les militaires de réserve. Notre association a aussi pris une initiative entièrement tournée vers les fédérations et associations de l'Infanterie, en particulier les amicales régimentaires et bataillonnaires. Afin d'accroître la cohésion de ces associations sur une base volontaire respectant toute leur indépendance, de mieux faire connaître et de diffuser les annonces de leurs activités, l'ANORI, à l'issue d'une première réunion de contact, a établi avec elles un calendrier de leurs activités ouvertes à la fois à leurs adhérents, aux autres Fantassins et aux amis de l'Infanterie. Ce calendrier se trouve sur le site de l'ANORI. Par ailleurs, une rubrique « petites annonces » a été crée sur ce site pour permettre à tous les Fantassins de rechercher un camarade, d'annoncer leurs publications, de proposer des objets de Tradition, de publier des offres et des demandes d'emploi, etc. C'est donc un outil pratique et moderne que l'ANORI a mis en place au service des fédérations, associations et amicales, des Fantassins, des auteurs de livres, des corps d'Infanterie, des musées, etc. Son démarrage est prometteur et doit permettre de voir s'élargir le nombre de ses utilisateurs. De même, les relations avec les camarades de l'infanterie allemande sont vivantes et donnent lieu à des rencontres à l'occasion de la Journée de l'Infanterie à Hammelburg (garnison de l'École d'Infanterie allemande en Bavière) et de la Saint Maurice. La dimension internationale est une composante de l'activité associative pour que les Fantassins se connaissent mieux et échangent leurs expériences et l'ANORI remplit là aussi sa mission. Dans le domaine des Traditions, l'ANORI a initié et poursuit une campagne en faveur du port de coiffures de Tradition par les Fantassins de toutes les subdivisions de l'Arme lors des activités de cohésion et pour les cérémonies auxquelles ils participent en tenue civile. Porter ces coiffures, que confectionnent les maîtres tailleurs, permet aux Fantassins d'être reconnus parmi les participants à ces manifestations et de marquer ainsi la présence de l'Infanterie. L'ensemble des coiffures de Tradition sont présentées sur le site de l'ANORI et l'iconographie qui y figure se complète progressivement. Chaque membre de l'ANORI doit se doter d'un tel couvre-chef, dont le port est l'affirmation de sa fierté d'être Fantassin, avec tous les devoirs que cela comporte. Progressivement aussi, le site de l'Association s'enrichit d'historiques régimentaires grâce aux envois des régiments et des amicales. On y trouve également les inscriptions figurant sur les drapeaux et les devises des corps. Une présentation des insignes de l'Infanterie est aussi sur le site et il appartient à tous les membres de fournir des photos des insignes qui n'y figurent pas encore. Enfin, on trouve sur le site les paroles de chants en usage dans l'Arme. Notre site doit être une vitrine de l'Infanterie et de ses Traditions. C'est un travail permanent de mise à jour et d'enrichissement pour lequel il convient de féliciter tout particulièrement le lieutenant ANDRÉ, sans qui il n'existerait pas et surtout ne serait pas vivant. Maintenir un site internet vivant est la condition nécessaire pour attirer les connections et chacun doit y apporter sa contribution en documents et informations. Il convient aussi de saluer le travail effectué par le chef de bataillon PETER pour la mise en forme et le maintien à jour du calendrier des fédérations et associations de l'Infanterie déjà mentionné. Dans le site figurent également nombre d'articles à validité permanente ou d'actualité, ainsi que le programme d'activités auquel il convient de se référer régulièrement, car il propose bien des occasions d'être informé sur l'Infanterie et la Défense, sur les activités de terrain et sur les cérémonies de Mémoire. En se connectant, tout Fantassin dispose Photo :D. Chappey d'un centre d'information et de référence sur la vie de l'Infanterie et de Le 1ère classe SABOURET recevant du lieutenant-colonel FICHET, ses Réserves. président de l'ANORI, le diplôme d'honneur à grenade de bronze Pour le rayonnement de l'Infanterie, l'ANORI s'est particulièrement engagée pour l'avenir du Musée de l'Infanterie. La fermeture provisoire (mais pour plusieurs années quand même !) du Musée est un triste événement, mais cette période doit être pour les Fantassins, et particulièrement les Réservistes, un temps pendant lequel il leur faut œuvrer à sa réouverture, notamment en en faisant parler partout où ils le peuvent et en insistant pour que des expositions temporaires itinérantes d'une partie des collections soient organisées sur tout le territoire. Même si des initiatives malheureuses (prises par d'autres que l'ANORI) ont eu pour résultat des retards dans la mise en œuvre du processus de réimplantation du Musée, le futur Musée de l'Infanterie va renaître et l'ANORI apporte et apportera son soutien à cette renaissance essentielle (au sens profond du terme) pour l'Arme. C'est en Alsace, à Neuf-Brisach qu'il rouvrira ses portes. Les contacts de l'ANORI avec le Maire, le Député, le Conseiller général et le Président du syndicat de communes ont permis de constater l'enthousiasme et la volonté des élus alsaciens de mener à bien cette réalisation, vitale pour notre Arme. Implanté dans une région renommée pour son patriotisme, dans un secteur où plusieurs corps d'Infanterie sont en garnison, à proximité de hauts lieux militaires (et notamment l'Hartmannswillerkopf, le « Vieil Armand »), dans une ville inscrite au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO pour ses fortifications de Vauban, le nouveau Musée de l'Infanterie sera un centre d'attraction touristique, dont bénéficiera le rayonnement de l'Arme. D'ores et déjà, les mesures préparatoires à la conception même du Musée ont été prises et l'objectif à atteindre est sa réouverture en 2014, année du centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale et qui sera aussi celle de l'inauguration, après rénovation, du monument national et du site de l'Hartmannswillerkopf. Une grande journée jumelant cette inauguration et celle du Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie nouveau Musée de l'Infanterie pourrait connaître un retentissement digne de l'Infanterie et de ceux qui sont morts sous les plis de ses Drapeaux. Afin que le public n'oublie pas le Musée et dispose d'un document permettant de voir les collections qui étaient exposées par le Musée à Montpellier, l'ANORI a mis en ligne sur son site internet des pages intitulées « Fenêtre sur le Musée de l'Infanterie » dans lesquelles plus de cent photographies rappellent ce qu'était le Musée. De même, l'ANORI publie une « Lettre de l'ANORI pour le Musée de l'Infanterie », largement diffusée en dehors de l'Association, pour informer le public de la progression des travaux pour la réouverture du Musée. Dans cette mission, l'ANORI sera toujours en pointe ! Communiquer est aussi une mission fondamentale de l'ANORI . La parution de trois bulletins par an est la manifestation de l'accomplissement de cette mission avec le site, les communiqués et les articles publiés dans la presse. Sans communication, et cela représente un énorme travail (là encore le lieutenant ANDRÉ doit être félicité pour le remarquable travail de mise en page et de réalisation technique du bulletin et du site), l'ANORI serait inexistante aussi bien aux yeux de ses membres que du public et des autorités. L'accroissement des articles en provenance des unités de réserve des corps d'Infanterie est également la preuve du développement des relations de l'ANORI avec ces compagnies et de l'intérêt que présente le bulletin, qui est adressé gratuitement, outre à ses membres, aux autorités de la Défense, aux chefs de corps de l'Arme et aux fédérations et associations amies. Sa diffusion par internet permet à ceux qui ont une adresse courriel (les autres continuant à recevoir la version papier) de bénéficier de la couleur et à l'Association de réaliser des économies d'impression et d'affranchissement (il est toutefois dommage que peu de chefs de corps fournissent leur adresse courriel). Dans le domaine commun du rayonnement et des Traditions, la célébration à Paris et à Vincennes de la Saint Maurice, saint patron de l'Infanterie, est un succès renouvelé chaque année. Le partenariat mis en place à cette occasion avec la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés, qui célèbre en même temps la Sidi Brahim, est un exemple de « gagnant-gagnant » qui mérite d'être souligné. Que nos camarades Chasseurs soient remerciés pour l'excellence de ces journées que nous partageons avec eux. S'agissant des cérémonies, l'ANORI a été présente à près de 90 d'entre elles en 2009, représentant une participation totale de presque 250 Fantassins au titre de l'Association. Ces chiffres permettent de constater la présence de l'ANORI dans le domaine de la Mémoire. Bien évidemment, l'Association a poursuivi son travail relationnel auprès des autorités politiques et militaires et des chefs de corps. L'accueil est toujours cordial et empreint de camaraderie et les échanges se font en toute franchise. On ne peut toutefois que regretter que le soutien de l'institution Défense soit de plus en plus restreint. Certes, les budgets sont de plus en plus contraints, mais l'article premier de la loi sur les réserves prévoit bien un soutien en faveur des associations et nous demandons simplement que la Défense nous « aide à l'aider ». Comme chaque année, il convient aussi de souligner qu'il est important pour chaque membre de l'Association d'accomplir sans cesse un effort de recrutement. En 2009, les effectifs de l'ANORI ont progressé d'un peu plus de trois pour cent, mais ce n'est pas suffisant. Plus d'adhérents signifie plus de représentativité, plus de crédibilité et…plus de cotisations et donc de moyens pour agir. Nous devons l'avoir en permanence à l'esprit. C'est une mission personnelle et individuelle pour tous et il convient de rappeler que si tous les membres d'aujourd'hui recrutent chacun un seul camarade, c'est l'effectif de l'ANORI qui sera doublé dans l'année ! Il est clair que l'ANORI a rempli ses missions en 2009 avec ses seuls moyens et beaucoup de bénévolat. C'est aussi notre fierté d'avoir atteint de bons résultats au service de l'Infanterie malgré la faiblesse de nos moyens financiers et le manque de soutien matériel. Nous poursuivons la mission qui est la nôtre et malgré les difficultés la remplirons avec détermination et avec cœur. L'esprit Fantassin nous anime et nous guide, la camaraderie nous soude et la volonté nous renforce. Nous serons sans faiblir : POUR L'INFANTERIE, TOUJOURS EN AVANT !
Mis aux voix, le rapport moral fut approuvé à l'unanimité.
Le 1ère classe Denys CHAPPEY, trésorier, présenta le rapport financier et les comptes de l'exercice 2009, qui
permirent de constater que la situation financière de l'Association est saine, même si le manque de moyens et de
soutiens ne permet pas toutes les activités souhaitables. Après lecture du rapport du capitaine Pierre BOTTOLI,
vérificateur des comptes, le rapport financier et les comptes furent approuvés et le quitus accordé aux
administrateurs. L'assemblée générale décida ensuite de maintenir le montant de la cotisation pour 2011 à 35€.
Le tiers sortant du conseil d'administration vit la réélection à l'unanimité des sortants, à savoir le colonel Robert
BONIONI, les lieutenants-colonels Patrice FICHET et Paul PRIEUR, le chef de bataillon Roger LANTZ et le lieutenant
Cyril ANDRE. Le capitaine Pierre BOTTOLI fut confirmé à l'unanimité dans ses fonctions de vérificateur des comptes.
Le conseil d'administration prépare l'avenir

Aussitôt après la clôture de l'assemblée, le conseil d'administration se réunit pour renouveler le bureau de l'ANORI,
décider d'activités et étudier divers dossiers. Avant de passer la présidence de la séance au lieutenant-colonel Paul
PRIEUR, doyen d'âge, le lieutenant-colonel Patrice FICHET rappela qu'il était atteint par la limite d'âge pour servir dans
la réserve opérationnelle et qu'il souhaitait que la présidence de l'ANORI soit confiée à un réserviste servant sous ESR.
Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Le lieutenant-colonel PRIEUR, faisant le constat qu'il n'y avait pas de candidat à la présidence, proposa au conseil de reconduire le lieutenant-colonel FICHET. Face à cette situation, ce dernier accepta de poursuivre son mandat en insistant sur le fait qu'il est nécessaire que le conseil d'administration lui trouve un successeur. C'est à l'unanimité que le lieutenant-colonel FICHET fut réélu président de l'ANORI. Il proposa alors au conseil de reconduire les membres du bureau dans leurs fonctions en leur adjoignant le marsouin de 1ère classe Julien SABOURET comme trésorier-adjoint. Ces élections furent acquises à l'unanimité et le bureau se compose donc comme suit : - président : lieutenant-colonel Patrice FICHET - vice-président : lieutenant-colonel Paul PRIEUR - secrétaire général : lieutenant Cyril ANDRE - secrétaire général-adjoint : chef de bataillon Guy PETER - trésorier : 1ère classe Denys CHAPPEY - trésorier-adjoint : marsouin de 1ère classe Julien SABOURET Le conseil approuva ensuite la participation de l'ANORI à la Journée allemande de l'Infanterie et à la commémoration de Bazeilles, l'organisation d'une visite du Mémorial des Chasseurs à Vincennes et des célébrations de la Saint Maurice (17 et 18 septembre 2010). Le point fut fait sur les relations avec l'UNOR. Le conseil a apprécié les gros efforts mis en œuvre, approuvé les actions entreprises et exprimé son soutien au président de l'UNOR, le colonel Jacques VITROLLES, membre de l'ANORI. En ce qui concerne l'ANRAT, le conseil a considéré qu'il convenait qu'elle adapte ses statuts pour assurer un fonctionnement conforme à ses besoins et qu'elle soutienne plus les activités associatives « terrain » des jeunes réservistes. Avant que la séance soit levée, le conseil a exprimé sa profonde satisfaction de voir l'action de son Président récompensée par commandeur de l'Ordre national du Mérite et lui a adressé ses plus chaleureuses félicitations pour cette distinction. Photo :D. Chappey
Récompenses, Traditions et cohésion
Une partie des membres de l'assemblée générale de l'ANORI dans la salle mauresque de l'UNC Les participants à l'assemblée générale coiffèrent alors leurs coiffures de Tradition pour honorer les camarades qui se sont vus décerner cette année le diplôme d'honneur de l'ANORI pour les services rendus à l'ANORI et donc à l'Infanterie : - diplôme d'honneur à grenade d'or : le chef de bataillon Louis-Marie MISTOUFLET - diplôme d'honneur à grenade d'argent : le capitaine Pierre BOTTOLI er le lieutenant Cyril ANDRE - diplôme d'honneur à grenade de bronze : le colonel Claude IRLINGER, le chef de bataillon André TECHE, le marsouin Julien SABOURET et le chasseur Franc COMBE Tous les participants ont ensuite levé leur verre du « vin d'honneur et de l'amitié » et conforté leur volonté d'être « pour l'Infanterie, toujours en avant ! » Petit Lexique
L'usage des sigles est une constante dans les armées et tout militaire d'active ou de réserve doit connaître leur signification pour bien accomplir sa mission, s'instruire, se perfectionner ou tout simplement s'informer. Voici quelques uns de ces sigles : - CISAT : Centre d'instruction santé de l'armée de Terre. - CITERA : Centre d'instruction aux techniques élémentaires de réanimation de l'avant. - ELMO : Equipe de liaison et de mentorat opérationnel (traduction de l'anglais OMLT, operational mentoring and - GCM 27 : Groupement commando de montagne de la 27ème brigade d'infanterie de montagne. - SRIO : Section de renseignement et d'intervention offensive (Génie). - TAI : Techniques d'action immédiate, techniques combinant la manœuvre et le feu, elles doivent être assimilées de façon quasi-mécanique afin de permettre une réaction rapide, en cas de contact à très courte distance. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Les réservistes de l'Infanterie présents
aux célébrations de la JNR et du 8 mai en RTNE
A l'occasion de la Journée Nationale du Réserviste, les réservistes de la Région Terre Nord-Est se sont rassemblés à Colombey-les- deux-églises après plusieurs heures de marche dans la nuit du 8 mai 2010, qui se sont clôturées par la visite du Mémorial Charles de Gaulle ainsi qu'une cérémonie présidée par le général de commandant la Région Terre Nord-Est. Les réservistes du 1er Régiment d'Infanterie, du 35ème Régiment d'Infanterie et du 152ème Régiment (Photos : D. Chappey) Réservistes du 1er RI Réservistes du 152ème RI Réservistes du 35ème RI Des réservistes du 8ème RPIMa ont fêté Camerone
Cette année, la Légion Etrangère a, pour la première fois, associé ses frères d'armes pour la célébration du combat de Camerone. Le 30 avril, aux côtés des légionnaires du 1er REI, étaient présents le 2ème Bataillon de Saint Cyr (promotion Colonel Francoville), une compagnie du 27ème BCA et la 1ère compagnie du 8ème RPIMa. Trois réservistes du 8ème RPIMa ont eu l'honneur de participer aux célébrations. Photo : 8ème RPIMa Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie La Réserve du 1er RCP est opérationnelle !
La 5ème Compagnie du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes a passé ses tests opérationnels.
En septembre dernier, la 5ème compagnie du 1er Régiment de Chasseurs effectué un exercice basé sur un Afghanistan en région Midi-Pyrénées, dans le cadre de ses tests opérationnels. La situation générale était de libérer une province. Entre Caylus et Pamiers, pendant une semaine, la 5 a non seulement protégé le poste de commandement régimentaire mais aussi assuré des escortes de convois puis de prisonniers et mené des reconnaissances d'axes en vue de soutenir les autres compagnies démotorisées face à l'action d'insurgés. Dans déclenchement d'une alerte guépard, la 5 a effectué un saut opérationnel à 300m avec le PC régimentaire en soutien des compagnies d'active. La mission a été menée avec succès et a permis aux réservistes de valider leurs savoir-faire en section, dans la perspective d'un départ en Afghanistan programmé pour le printemps 2011. Sergent (r) Anastasia DORIGNAC 1er RCP - 5ème Cie Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Mission dans les îles éparses pour la réserve du 2ème RPIMa
Mission EUROPA du 1er mars au 2 avril 2010 Lundi 1er mars 2010, 11h00 heure locale, le Transall C160 de la BA 181 de Saint Denis, après 4 heures de vol, se pose enfin sur la piste d'Europa… Europa, située dans le canal du Mozambique par 22°21 de latitude sud et 40°21 de longitude est la plus méridionale des Iles Éparses dans l'Océan Indien. Basse et sablonneuse, elle est de forme circulaire, large de 6 km dans le sens nord-sud et de 7 km dans le sens ouest-est. Au nord-est, un lagon intérieur, peu profond, recouvre 1/5 de l'île. C'est la plus grande des îles Éparses. La 2ème Compagnie de Bourbon, compagnie de réserve du 2°RPIMa, mène, et ce depuis plusieurs an nées ce type de mission : assurer une mission de souveraineté française sur les Iles Éparses. En Janvier 2010, une équipe a été constituée et a passé le contrôle médical imposé pour ce type de mission : il faut des gens de bonne robustesse car sur l'ile, mise à part la présence d'un auxiliaire sanitaire il faut plus de 4 heures pour une EVASAN en Transall. Le détachement est soutenu par deux personnels de la CCS. Durant le mois de février j'ai travaillé activement avec l'officier de relève afin de préparer la mission. Sur l'île, le chef de détachement avait demandé des moyens pour que la relève montante puisse assurer les différentes tâches et entretenir les infrastructures. Rassemblement dimanche 28 février à 20h00 au 2ème RPIMa de Pierrefonds (974) pour un départ programmé lundi 1er mars 2010 à 5h00 en direction de la Base Aérienne de Saint Denis. …La mission de souveraineté française peut alors commencer. Programme des prochaines 24 heures : passation des consignes. A tous les niveaux, la relève montante a, dans un délai très court, pour mission de poser toutes les questions utiles à la prise en compte du matériel Un détachement en totale autonomie présent sur l'ile et à son fonctionnement. Le lendemain, après un match amical de volley-ball et les derniers « réglages », le Transall redécolle en direction de la Réunion et nous voilà seuls sur cette île pour la durée du mandat. Cette expérience restera à jamais gravée dans nos mémoires. Cette mission fut exceptionnelle pour la plupart d'entre nous. Le cadre de vie est merveilleux et les activités sont riches et variées. Le fait de vivre en autonomie et coupé du monde restera une expérience inoubliable pour chacun d'entre nous. Vécu comme une aventure très riche, tant sur le plan personnel que professionnel, ce séjour laisse à l'ensemble du détachement le sentiment de fierté d'avoir accompli une mission unique. Lieutenant (r) Eric GRONDIN 2ème RPIMa - 2ème Cie L'île Europa vue du ciel Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Missions réussies pour la 5ème Compagnie du 21ème RIMa
Parmi d'autres formes d'engagement, être réserviste de l'armée de Terre manifeste un haut degré de citoyenneté. C'est le choix de concilier activité professionnelle, vie familiale et défense de la France". A ce titre, les années 2009 et 2010 auront été très riches en événements pour la 5ème Compagnie du 21ème Régiment d'Infanterie de Marine. Forte de deux sections de combat, les "Salamandres" de la 5 se sont vues confier bon nombre de missions en sus des périodes habituelles d'instruction (soit 5 à 6 week-ends de trois jours) : Pour 2009 : - un encadrement de Formation Militaire Initiale du Réserviste (FMIR) ; - un stage de perfectionnement au rôle de chef d'équipe (CAME/CATE) ; - trois encadrements de Préparation Militaire Découverte (PMD) ; - un encadrement de Préparation Militaire Commando (PMC) ; - la Garde au Drapeau (Drapeau d'Honneur) aux cérémonies de la Fête Nationale le 13 juillet à St Raphaël et le 14 juillet à Marseille ; - cinq missions Vigipirate : trois de 15 jours à Marseille, une de 15 jours à Perpignan et une de 3 semaines à Paris (1 section en renfort d'1 section de la 3° Compagnie d'active) ; - un encadrement de Préparation Militaire Découverte ; - un plan HEPHAISTOS - Surveillance et prévention des feux en été. Par ailleurs, au mois de juillet 2011, la 5ème Compagnie devra projeter une section constituée en MCD au Sénégal, incluant sa préparation opérationnelle sur 2010 (soit 2 semaines de préparation). Ces missions ne peuvent se réaliser que grâce au professionnalisme reconnu de la 5ème Compagnie et au volontariat affirmé de ses Marsouins (en 2009, une dizaine de demandes de recrutement a été effectuée via le site internet de la Compagnie (http://www.21rima-5.fr/). Les Salamandres de la 5ème Compagnie restent fidèles à leur devise "Ignem non timeant" (Elles ne craignent pas le feu) et à celle du 21ème de Marine auquel elles restent indéfectiblement attachées "Croche et Tient". Lieutenant (r) Olivier GONIN 21ème RIMa - 5ème Cie Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Un projet exemplaire : la restauration du monument national
et du site du Hartmannswillerkopf « Le vieil Armand » 1914 -2014
par le Général (cr) Bernard COCHIN, président du Comité du monument national de l'Hartmannswillerkopf Le Monument National du Hartmannswillerkopf (HWK) dit aussi le «Vieil Armand» est l'un des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre (1914-1918), statut de "haut lieu" qu'il partage avec Douaumont dans la Meuse, Dormans dans la Marne et Notre Dame de Lorette en Artois. Le Monument a été inauguré en 1932 par Albert Lebrun, Président de la République, entouré par les
Maréchaux Lyautey, Fayolle, Foch, Franchet d'Esperey, Joffre, ainsi que par les ministres de la Guerre et
de l'Instruction et des Beaux-Arts.
Situé à plus de 900 mètres d'altitude, au Sud-Est du Grand Ballon d'Alsace, il domine la plaine d'Alsace
et Mulhouse située à quelques kilomètres au sud-est.
Le HWK est classé Monument National et placé depuis sa fondation sous le haut parrainage du Président
de la République. Du Souvenir Français et reconnu d'utilité publique, le site est classé Monument
Historique.
Fondé par le général Tabouis, combattant au HWK, le Monument appartient au Comité qu'il a créé et qui
en est le responsable et l'autorité morale. Son siège est actuellement à Colmar.
Historique rapide

Le HWK est devenu entre l'été 1914 et 1915, davantage un
enjeu de prestige qu'une zone d'intérêt tactique ou stratégique.
Le Kronprinz en personne y est venu diriger des combats.
La prise du sommet et le maintien sur la crête a ainsi causé la
mort d'environ trente mille français et sans doute autant
d'Allemands, soit comparativement les pertes subies à
Verdun. 12000 soldats français inconnus reposent sous le
bouclier de bronze de la Crypte.
Le front mesure là un peu plus d'un kilomètre du Nord au Sud et environ 600 m d'Ouest en Est. Il est resté immobile sur la crête à 950 m pendant quatre ans, dans des conditions aujourd'hui inimaginables, soldats face-à-face dans les tranchées de grès à moins de trente mètres les uns des autres par endroits. La concentration des troupes sur cette étroite bande de terrain, les prises et reprises successives du sommet, les tirs massifs de l'artillerie allemande protégée par l'à-pic de la contre-pente Est sur le découvert de la pente Ouest, expliquent que le HWK a été nommé «la mangeuse d‘hommes» ou encore «la faiseuse de veuves». Le 152 y a disparu en une seule nuit fin 1915 et a repris au total six fois la crête, gagnant là la première fourragère rouge jamais remise à un drapeau et son surnom de Diables Rouges auquel les Diables Bleus ont rendu hommage sur une plaque qui existe toujours. C'est cette terrible réputation qui explique le succès de la souscription publique lancée au lendemain de la guerre par le général Tabouis, créateur et premier président du Comité du Monument, pour construire un monument commémoratif et un superbe tombeau pour les soldats français inconnus. Ce sont toutes les familles françaises en deuil, les grandes villes dont les armes sont gravées sur l'autel Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie de la Patrie au sommet du Monument et les diverses diaspora alsaciennes et lorraines qui ont financé ce monument à l'architecture exceptionnelle, ennoblie par les sculptures du grand Bourdelle. C'est en cela un monument par excellence du peuple français. 1914 - De la mémoire à l'histoire - 2014
UN LIEN IDEAL ENTRE LA MONTAGNE, le SITE DU HWK, ET LA PLAINE, LE FUTUR MUSÉE DE L'INFANTERIE À NEUF-BRISACH La dégradation physique rapide du Monument due à son âge et aux rigueurs de l'altitude, l'état de conservation presque parfait d'un champ de bataille de l'Infanterie du XX° siècle et le besoin de fixa tion de la mémoire imposaient qu'un effort important soit fait sous peine de disparition d'un patrimoine historique, militaire, architectural, sculptural et moral unique en France et en Europe. Lancé fin 2003 par un Comité entièrement refondé, le programme a d'abord consisté à restaurer et remettre l'immense croix du sommet qui est visible des deux côtés du Rhin. De façon visionnaire, très noble et courageuse, elle avait été élevée en 1920 par le général Tabouis au nom de la réconciliation franco-allemande, soit plus de 40 ans avant le Traité de l'Elysée. aujourd'hui un signe exemplaire de l'amitié franco-allemande. A l'occasion des cérémonies du 11 novembre 2008, les travaux de restauration ont été officiellement annoncés par monsieur Jean-Marie Bockel, Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, et en novembre 2009, son successeur, monsieur Hubert Falco, procédait au lancement officiel des travaux et à une visite approfondie du champ de bataille. Trois tranches de travaux 2009-2014 :
- Restauration du monument.
Les travaux sont exécutés par des entreprises locales sous la maîtrise
d'oeuvre de l'architecte du Comité. Ils dureront jusqu'au printemps 2011. L'aménagement intérieur de la
Crypte en sera la réalisation essentielle.
- Scénographie du champ de bataille. L'ONF, dont le Comité est concessionnaire du terrain, a présenté
un remarquable projet de trois boucles de visite sur le champ de bataille qui partent du col et du
Monument. Elles seront aménagées, déboisées là où nécessaire pour retrouver les vues. Panneautées
en trilingue, les visiteurs pourront effectuer les parcours avec des équipements audio adéquats. La fin
des travaux est prévue vers 2012-2013.
- Enfin, programme phare, le premier historial franco-allemand dédié à la Grande Guerre, modulable
et pédagogique, sera construit à l'emplacement des divers bâtiments et auberge qui sont la propriété du
Comité et situés à proximité immédiate du Monument le long de la route des Crêtes où passent environ
300 000 touristes par an.
Le centenaire 2014 a été fixé comme date butoir pour l'inauguration du site HWK et celle du Musée de
l'Infanterie à Neuf Brisach
, ces deux programmes se complétant idéalement.
Le coût total du programme HWK est estimé à 6 millions d'euros.
Ils sont financés par le Conseil Général du Haut-Rhin, la Région Alsace, le Secrétariat d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, ainsi que par un nombre très importants de donateurs privés, civils et militaires, associations ou particuliers, renouant ainsi avec le magnifique élan populaire des années 1920. Les Allemands contribuent au financement par le biais du VDK, organisme fédéral d'entretien des tombes allemandes à l'étranger. Un important chèque a été remis en 2009 au président du Comité par la ville de Freiburg et par le ministre fédéral W. Schäuble. Il a été demandé à la Fondation Entente Franco Allemande (FEFA) de participer largement au financement de l'Historial franco-allemand. Des financements européens (Interreg IV) sont sollicités. Enfin, une demande a été exprimée auprès de l'ambassadeur de la République tchèque à Paris, trois régiments d'Infanterie tchécoslovaques ayant été créés en Alsace en 1918. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie 70ème Anniversaire de la Victoire de NARVIK
Le 28 mai 2010 a été célébré à Paris le 70éme anniversaire de la victoire de Narvik en 1940 au cours d'une cérémonie devant la plaque commémorant cette bataille apposée place de Narvik dans le 8ème arrondissement de la capitale. A cette cérémonie présidée par le général CAILLE, adjoint au général gouverneur militaire de Paris, commandant la région Terre Ile de France, l'ANORI a été représentée par son président, le lieutenant-colonel FICHET, et son secrétaire général, le lieutenant ANDRE. Parmi les personnalités présentes, on remarquait le général CUCHE, gouverneur militaire des Invalides et président de « La Flamme sous l'Arc de Triomphe », le général HENRY, le général RIDEAU, président de la FSALE, le général VERLOT, président de la FNAC, le contrôleur général des Armées DELBAUFFE, président général du Souvenir Français, et le colonel DALLEAU, président général de l'UNC et administrateur de l'ANORI. Photo : L. Fichet La fanfare du 27ème BCA, le Fanion du 24ème BCA, les soldats de la Garde royale norvégienne, le détachement de la Marine et le général VERLOT, président de la FNAC, prononçant son discours devant la plaque commémorative de la bataille de Narvik,place de Narvik à Paris. Les ambassadeurs de Norvège et de Pologne, accompagnés de leurs attachés de défense, étaient également présents et ont déposé des gerbes. Voici le discours retraçant la bataille de Narvik qui fut prononcé lors de cette cérémonie par le général VERLOT, président de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés : « Le 30 novembre 1939, l'union soviétique attaque la Finlande en vue de contrôler la Baltique orientale. Les alliés souhaitent venir en aide aux Finlandais et le 15 janvier 1940, pendant que les diplomates essaient de se mettre d'accord, une Brigade de haute montagne est mise sur pied sous les ordres du colonel BETHOUARD, ancien chef de corps du 24e BCA. Elle comprend 6 bataillons de chasseurs alpins : les 6e, 12e, 13e, 14e, 53e, et 67e en deux ½ Brigades. Le 22 février 1940, un corps expéditionnaire de Scandinavie est crée sous les ordres du général AUDET, groupant autour de la BHM la 13e1/2 Brigade de montagne de la Légion Etrangère créée le jour même, une compagnie de chars Hotchkiss, un groupe d'artillerie coloniale tractée plus les services correspondants. Le 13 mars, la Finlande est obligée de signer une paix avec l'URSS, mais le 8 avril l'Allemagne envahit la NORVEGE et le DANEMARK. Dès lors le corps expéditionnaire Français de Scandinavie va intervenir avec les Britanniques et 4 bataillons polonais en NORVEGE. La 5e1/2 Brigade de chasseurs débarque à NAMSOS le 19 avril et, avec les Britanniques, mènent de durs combats jusqu'au 28 avril où la décision est prise d'évacuer la ville ce qui fera dire au général AUDET, je cite : « l'expédition de NAMSOS qui devait constituer l'opération principale de la campagne de Norvège n'en fut qu'un épisode ». Ce même jour, le général BETHOUARD, nouvellement promu, prend le commandement du détachement Français qui va faire effort sur NARVIK. Dans la nuit du 29 au 30, le 6e BCA débarque le premier sur le sol norvégien à 75 km au Nord de NARVIK et par – 24 degrés. Il est suivi du 12e BCA tandis que le 14e débarque sur la presqu'île d'ANKENES au Sud-Ouest de la ville. Du 9 au 13 mai, c'est une suite de durs combats et de contre-offensive des chasseurs sur les crêtes contre le 139e Régiment de chasseurs Tyroliens. Le 13 mai, la 13e DBLE débarque à l'Est de NARVIK avec le 2e Bataillon Polonais et donne la main aux chasseurs. Le livre d'or de la légion précise : « … Les Allemands sont repoussés, sans répit, vers la frontière suédoise… Ils s'accrochent aux tunnels, aux pitons escarpés d'où ils doivent être délogés par d'incessantes attaques allant jusqu'au corps à corps… ». Les Allemands n'arrivent pas à endiguer la poussée des chasseurs et des légionnaires. Très durement touché le 6e BCA évacue 109 cadres et chasseurs sur EVENES. Il y a 65% de pieds gelés au bataillon. Pendant ce temps, le 14e BCA continue sa progression sur NARVIK. Le bataillon appartient Photo : L. Fichet au groupement qui est sous les ordres du colonel commandant la 13e Le salut des autorités pendant la cérémonie DBLE, le colonel MAGRIN-VERNERET. La neige et le brouillard ralentissent l'avancée sur l'objectif. Le 22 mai, c'est la liaison avec les Norvégiens. Le 14e BCA couvre les attaques des légionnaires sur Narvik à partir de HERGOTTEN, au nord de la ville. Les chasseurs occupent le massif de DALTIN et du plateau d'AASEN. Le 28, NARVIK tombe entre nos mains. Mais la situation sur le front français entraîne un rembarquement du 3 au 7 juin. Dans l'opération, le contre-torpilleur BISON de la Marine Nationale est coulé par l'aviation allemande. Les Bataillons continuent le Combat en Normandie et sur l'AISNE, mais ceci est une autre histoire. Les 6e, 12e et 14e BCA sont cités à l'ordre de l'armée. Par décret du 16 décembre 1948, le Drapeau des chasseurs reçoit l'inscription : " NORVEGE 1940 ". » Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Les Musiciens réservistes de l'Infanterie
par le marsouin de 1ère classe SABOURET Aujourd'hui, l'arme de l'Infanterie possède 6 fanfares « officielles » qui perpétuent les traditions de ses subdivisions d'arme. La fanfare du 27e BCA de Cran Gevrier, dernière formation perpétuant la tradition des Chasseurs Alpins, le Brass-band du 43e RI de Lille, la fanfare du 1er RPIMa de Bayonne portant notamment les traditions de bandas du sud ouest, la fanfare du 92e RI de Clermont-Ferrand, celle du 35e RI de Belfort et la fanfare du 1er RTiR d'Epinal honorant les traditions des tirailleurs. En plus de ces formations, un certain nombre d'unités d'infanterie possèdent des musiciens « officieux » en nombre plus ou moins grand, du clairon pour les sonneries règlementaires à l'ensemble réduit, citons par exemple les 3 musiciens bretons du 2e RIMa qui accompagnent les compagnies de réserve lors de grands rassemblements comme la Journée Régionale des Réservistes de la RTNO, ou qui sont présent lors de certaines passations de commandement. Parmi ces musiciens « officiels et officieux », plusieurs Photo : D. Chappey statuts cohabitent, les musiciens à temps plein, les Le Chasseur COMBE et le Marsouin de 1ère classe SABOURET, militaires en double qualification et enfin les musiciens- musiciens et réservistes de l'Infanterie, respectivement membre et administrateur de l'ANORI Ces derniers prennent une place importante au sein de certaines de ces formations musicales ; en effet, un renfort de musiciens réservistes permet à la plupart de présenter un effectif plus conséquent au sein des pupitres et de faire un pas de plus dans le lien armée-nation. Ces musiciens ne sont en général pas des musiciens professionnels, mais sont pour la plupart des personnes ayant fait partie d'écoles de musique ou ayant fait le conservatoire ; ils sont ingénieurs, commerciaux, gardes forestiers, plombiers, policiers, étudiants… et à chaque occasion possible ils endossent leur uniforme et prennent leur instrument pour les prises d'armes, défilés, aubades ; vitrine de leurs heures de répétitions ajoutées à leurs heures de travail. Que dire de plus ; au sein de l'armée française les musiciens-réservistes sont plutôt des compléments individuels et à ce titre sont fondus dans la masse des musiciens militaires. En revanche, si l'on regarde chez nos voisins européens, par exemple l'armée britannique, on trouve une tout autre structure. Il y a des fanfares d'actives, et des fanfares de réserve en nombre quasi équivalent, ce qui permet à ces dernières d'assurer le lien armée nation tandis que leurs homologues d'active sont en OPEX. En conclusion, à l'heure ou la diminution des budgets conduit à la réduction du nombre de fanfares et la réduction de leurs effectifs, les musiciens-réservistes sont un bon moyen de maintenir des formations Photo : J.F. Brillant musicalement cohérentes. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie L'Armée d'Afrique et les Tirailleurs

L'Armée

d'Afrique
expéditionnaire français d'Alger de 1830. Cette appellation a ensuite été étendue aux troupes situées en Tunisie, au Maroc et au Sahara à la fin du 19ème siècle. Elles avaient pour but de pacifier les populations et de contribuer à l'administration, l'éducation et la santé des habitants. Cette armée comprenait notamment : ─ des Fantassins : les Goums marocains (et Tabors) levés parmi les tribus locales (parfois complétés de cavaliers), les Zouaves (d'abord issus métropolitains), la Légion Étrangère et les Tirailleurs (formés à partir de troupes indigènes). ─ des Cavaliers : les Spahis (trois régiments en Algérie, créés à partir de troupes indigènes), les Chasseurs d'Afrique (régiments constitués à partir de troupes indigènes et de cavaliers métropolitains), et les unités sahariennes (troupes indigènes) comprenant des troupes méharistes (indigènes à dos de dromadaire) et montées (chevaux et mulets) ainsi que, plus tard, des fantassins "portés" (en véhicules).
Elle comprenait également des troupes d'appui et de soutien (Artillerie, Génie, Train, Santé…).
Aujourd'hui, le 68e Régiment d'Artillerie d'Afrique est l'héritier des traditions des sept régiments d'artillerie
d'Afrique disparus. Crée en avril 1941, il a été engagé en Tunisie contre l'Afrika Korps. Il sera le premier
régiment d'artillerie à toucher le sol du sud de la France le 15 août 1944 et le premier à tirer sur
l'Allemagne le 20 novembre 1944 par-dessus le Rhin.
Lors de la seconde guerre mondiale, l'Armée d'Afrique a désigné les troupes émanant des colonies de la
France Libre qui ont participé aux engagements de libération du territoire national.
Les Tirailleurs, troupes légères d'Infanterie, étaient généralement déployés devant le front des
troupes pour harceler l'ennemi. Ils trouvent leur origine dans les « Turcos » issus des divers corps
irréguliers turcs et arabes formés par les français à partir de 1833.
A partir du 19ème siècle, l'armée française a constitué et formé des unités de tirailleurs dans les colonies : ─ les Tirailleurs sénégalais (Tirailleurs sénégalais du Cameroun, des Somalis, de Guinée, du Maroc, du Niger, du Soudan, du Tchad, de l'Oubangui-Chari et Tirailleurs sénégalais du Levant). Le corps des Tirailleurs sénégalais a été crée en 1857 et constituait le principal élément de la « Force Noire ». ─ les Tirailleurs algériens (1842), tunisiens et marocains (1912). Tirailleurs indochinois (tirailleurs tonkinois, annamites et Aujourd'hui, l'armée de Terre compte un seul régiment qui maintient les traditions des tirailleurs nord-africains : le 1er Régiment de Tirailleurs d'Épinal. Ce régiment d'Infanterie mécanisée a été recréé en mai 1994 à l'occasion du cinquantenaire de la Libération. Chaque Compagnie de ce régiment, y compris l'unité de réserve (ainsi que chaque section), conserve les traditions et porte l'insigne de régiments de tirailleurs algériens, marocains ou tunisien (cf. ci-contre). LTN (r) Cyril ANDRE Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Traditions des Tirailleurs nord-africains
conservées par le 1er Régiment de Tirailleurs d'Épinal

La Compagnie de Commandement et de Logistique a repris les traditions du 1er Régiment
de Tirailleurs Algériens
. En son sein, la Section Maintenance a repris celles du 5ème RTA ;
la SRCM, celle du 9ème RTA, la Section Transmission, celle du 17ème RTA et la CMU celles du
31ème RTA.

La 1ère Compagnie a conservé les traditions du 1er Régiment de Tirailleur Marocains. La
1ère Section conserve celles du 2ème RTM ; la 2ème Section celles du 6ème RTM ; la 3ème
Section, celle du 7ème RTM et la 4ème Section, celles du 10ème RTM.

La 2ème Compagnie maintient les traditions du 2ème Régiment de Tirailleurs Algériens. Les
quatres sections de combat maintiennent respectivement celles des 6ème RTA, 11ème RTA,
22ème RTA et 35ème RTA.

La 3ème Compagnie a repris les traditions du 3ème Régiment de Tirailleurs Algériens. Ses sections
conservent pour leur part les traditions et la mémoire des 14ème RTA, 15ème RTA, 23ème RTA et 25ème
RTA.
La 4ème Compagnie assure pour sa part les traditions du 4ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens. Celles
du 8ème RTT sont maintenues par la 1ère section, celles du 12ème RTT par la 2ème section, celles
du16ème RTT par la troisième section, celles du 24ème RTT par la quatrième section et le 28ème RTT
par la section commandement.
La Compagnie d'Administration et de Soutien maintient depuis aout 2007 les traditions du
7ème Régiment de Tirailleurs Algériens. La Compagnie Antichar assurait cette mission
jusqu'à sa dissolution en 2007. Une section assure la mèmoire du 21ème RTA.

La Compagnie d'Éclairage et d'Appui assure la mémoire du 5ème Régiment de Tirailleurs
Marocains
. La Section de Reconnaissance Régimentaire maintient celle du 3ème RTM, la
Section Antichar Milan assure celle du 8ème RTM, la section OMLT celles du 9 et la SAED
reprendra les traditions tenues jusque là par la section tireur d'élite, c'est à dire celles du
4ème RTM.

La Compagnie d'Instruction assure les traditions du 21ème régiment de Tirailleurs Algériens depuis août
2007. Avant cette date, la Compagnie Antichar assurait cette mission.

L'Unité d'Intervention de Réserve conserve les traditions du 13ème Régiment de Tirailleurs
Algériens
.
Remerciements au Capitaine CUCHE du 1er Régiment de Tirailleurs pour son aide. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie Activités de l'ANORI

L'ANORI remplit en permanence tout au long de l'année ses missions au service de l'Infanterie et de ses réservistes.
Représentation des réservistes fantassins, rayonnement de l'Arme l'amènent à être présente à de nombreuses
réunions, cérémonies et manifestations, aussi bien dans le cadre militaire que civil. C'est ainsi qu'elle a participé et a
été représentée :
Février 2010
- le 6 février 2010, à la «Journée des
Départements » de l'Union Nationale des Combattants, DALLEAU, administrateur de l'ANORI, par le lieutenant-colonel FICHET, - le 7 février 2010, à la Messe annuelle de l'UNC, en la Cathédrale Saint Louis des Invalides, par le colonel BIGOT et le 1ère classe CHAPPEY, - le 7 février 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme par l'UNC, l'Association Nationale des Anciens Combattants et Photo : L. Fichet Vétérans italiens et l'Association Nationale des Alpini italiens, par les colonels BIGOT et L'hommage des Elus et de l'Union des Zouaves aux Zouaves de 1914-1918 à la Butte des Zouaves MANDRY et le 1ère classe CHAPPEY, - le 17 février 2010, à la réunion du conseil d'administration de l'ANRAT, par le lieutenant-colonel FICHET, - le 20 février 2010, à la Mosquée de Paris, à la cérémonie en mémoire des musulmans morts pour la France, à l'occasion de l'anniversaire de la bataille de Verdun, organisée par le Souvenir Français, le Comité National du Souvenir de Verdun et « Ceux de Verdun », par le lieutenant-colonel FICHET, - le 21 février 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme sur la tombe du Soldat Inconnu par la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés, l'Amicale des chasseurs à pied et alpins d'Ile de France, l'Amicale Saint-Blaise, les Amicales des 1er, 3ème, 4ème, 5ème, 7ème, 8ème, 10ème, 19ème, 20ème , 27ème, 29ème, 31ème BCP, l'Edelweiss et le Bataillon de la Garde, par le lieutenant-colonel FICHET, le colonel BIGOT, le caporal RABIA et le 1ère classe CHAPPEY,
Mars 2010
- le 16 mars 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe par l'Association des Officiers et
Militaires de Réserve des Hauts de Seine, par le lieutenant-colonel FICHET et le colonel BIGOT, - le 23 mars 2010, en la cathédrale Saint Louis des Invalides, aux obsèques du médecin-général LE NEPVOU DE CARFORT, par le lieutenant-colonel PRIEUR, - -le 26 mars 2010, à la réunion du conseil d'administration de l'Union Nationale des Officiers de Réserve et des Organisations de Réservistes (UNOR),que préside le colonel VITROLLES , membre de l'ANORI, par le lieutenant-colonel FICHET et le colonel MARTIN, - le 27 mars 2010, à l'assemblée générale de l'UNOR, présidée par le colonel VITROLLES, par les lieutenants-colonels FICHET et PRIEUR, les colonels LHERMITTE et MARTIN et le chef de bataillon BERTHENET, - le 27 mars 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme par l'UNOR, l'Association des élèves et des anciens élèves des lycées et collèges militaires préparatoires et des anciens enfants de troupe, le Lycée militaire de Saint Cyr l'Ecole et le Lycée militaire d'Autun, avec les Fanfares des deux lycées, par le lieutenant-colonel FICHET et PRIEUR, les colonels MANDRY et MARTIN et le 1ère classe CHAPPEY, Photo : L. Fichet Ravivage de la Flamme par le général d'armée DE PERCIN avec les Amicales de Tirailleurs Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie - le 28 mars 2010, à Carlepont et à Moulin sous Touvent (Oise), aux cérémonies du 179ème anniversaire de la création du corps des Zouaves organisées par l'Union des Zouaves, que préside le capitaine DE VILLEPIN, membre de l'ANORI, par le lieutenant-colonel FICHET et le 1ère classe CHAPPEY, - le 29 mars 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme par Mgr RAVEL, évêque aux Armées Françaises, par le lieutenant-colonel FICHET, le caporal RABIA et le 1ère classe CHAPPEY, - le 30 mars 2010, en la cathédrale Saint Louis des Invalides, à la Messe Chrismale du Diocèse aux Armées Françaises, par les lieutenants-colonels FICHET et ORSINI et le 1ère classe CHAPPEY,
Avril 2010
- le 13 avril 2010, à Hammelburg (Allemagne), à la
cérémonie de passation de commandement de l'Ecole de l'Infanterie allemande entre le général BLOTZ et le général ENGEL, par M.JACOTOT, vice-président de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés, - le 13 avril 2010, en l'Hôtel national des Invalides, au lancement du cycle « Force Noire Tirailleurs 2010-Hommage aux Anciens Combattants africains et malgaches » par M.FALCO, secrétaire d'Etat à la défense et aux Anciens Combattants, par le lieutenant-colonel PRIEUR, - le 21 avril 2010, au quartier des Célestins à Paris, à la cérémonie de remise du Trophée de Parrainage de l'année 2009 de l'Association des Villes Marraines à M.VALLETOUX, maire de Fontainebleau, par le Photo : D. Chappey lieutenant-colonel FICHET, - le 22 avril 2010, à la cérémonie du ravivage de la A gauche, le lieutenant SOULARD, administrateur de l'ANORI, sur les Champs Élysées lors des cérémonies de ravivage de la Flamme le 8 mai 2010 Flamme par l'Amicale nationale des Tirailleurs, l'Association des Anciens Combattants du 1er Régiment de Tirailleurs algériens, l'Association amicale des Anciens du 3ème Tirailleurs algériens, l'Association amicale des Anciens du 4ème Régiment de Tirailleurs tunisiens et l'Association amicale du 7ème Régiment de Tirailleurs algériens, par le lieutenant-colonel FICHET et le colonel FRONTEAU,
Mai 2010
- le 6 mai 2010, à l'Arc de Triomphe, à la cérémonie du ravivage de la Flamme par les Amicales d'Anciens de la 10ème
Division d'Infanterie (5ème, 24ème et 46ème régiments d'Infanterie) et le Collège Interarmées de Défense, par le lieutenant-colonel FICHET, les colonels BIGOT et BONIONI et le capitaine CARTIER, - le 7 mai 2010, à l'opération « Les réservistes à la Défense » dans le cadre de la Journée Nationale du Réserviste 2010, sur l'esplanade de la Défense, par les lieutenants-colonels FICHET, PRIEUR et ORSINI, les colonels VITROLLES et MARTIN, le lieutenant ANDRE, l'adjudant-chef BOUNET et le 1ère classe CHAPPEY, - le 7 mai 2010, à la cérémonie nationale du ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe à l'occasion de la Journée Nationale du Réserviste, par les lieutenants-colonels FICHET et PRIEUR, les colonels BIGOT, MANDRY et VITROLLES, le lieutenant ANDRE et le 1ère classe CHAPPEY, - le 8 mai 2010, à la cérémonie nationale du 65ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945 à Colmar (Haut-Rhin), par le colonel DALLEAU et le 1ère classe CHAPPEY, - le 8 mai 2010, à la cérémonie du ravivage de la Flamme par le Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants à l'occasion du 65ème anniversaire de la Victoire de 1945, par le colonel BIGOT, le capitaine CARTIER, le lieutenant SOULARD et le 1ère classe CHAPPEY, - le 9mai 2010, à la Journée Nationale du Réserviste de la région Terre Nord-est à Colombey- les -Deux Eglises, par le colonel MARTIN et 1ère classe CHAPPEY, - le 19 mai 2010, à l'assemblée générale de « La Flamme sous l'Arc de Triomphe », par le lieutenant-colonel FICHET et le colonel MANDRY, - le 28 mai 2010, à la stèle de la bataille de NARVIK, à Paris, à la cérémonie commémorative du 70ème anniversaire de la victoire de NARVIK, par le lieutenant-colonel FICHET et lieutenant ANDRE, - le 28 mai 2010, à la rencontre entre l'UNOR, l'ANRAT, l'ANORI et l'Association des Amis du Musée du Souvenir des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, par le lieutenant-colonel FICHET, - le 28 mai 2010 à la cérémonie du ravivage par les Anciens de NARVIK de la Flamme sous l'Arc de A droite, le 1ère classe CHAPPEY à COLMAR lors la cérémonie nationale du 65ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945 IRASTORZA, chef d'état-major de l'armée de Terre, par le marsouin de 1ère classe SABOURET, - le 29 mai 2010, à l'assemblée générale de l'Association Nationale des Réserves de l'armée de Terre, à l'Ecole d'application du Génie à ANGERS, par les lieutenants-colonels FICHET et PRIEUR, le chef de bataillon MISTOUFLET et le lieutenant ANDRE. Bulletin de liaison n°138 - ANORI - Association Na tionale des Réservistes de l'Infanterie L'ANORI et ses Membres

A L'HONNEUR :

ORDRE NATIONAL DU MERITE
Par décret du Président de la République en date du 27 avril 2010, le lieutenant-colonel Patrice FICHET, président
de l'ANORI, a été promu au grade de commandeur de l'Ordre national du Mérite.
PROMOTION
Le marsouin Julien SABOURET, servant sous ESR au 2ème RIMa, administrateur de l'ANORI, a été nommé 1ère classe.
RÉCOMPENSE
Le lieutenant Cyril ANDRE, servant sous ESR au 8ème RPIMa, secrétaire général de l'ANORI, s'est vu décerner une lettre
de félicitations par le général de brigade Christian BAPTISTE pour « le sérieux, l'efficacité et l'engagement dont il a fait
preuve, depuis plusieurs années, et notamment en 2009, dans l'organisation générale de l'opération de communication et
de relations publiques qui se déroulent sur les Champs Elysées, dans le cadre des cérémonies du 14 juillet ».
A L'UNOR
Le colonel Philippe LHERMITTE, ancien président de l'UNOR, membre de l'ANORI, a été nommé président honoraire
de l'UNOR et a reçu la grande plaque de l'UNOR, la plus haute distinction associative décernée par l'Union.
NOUVEAUX ADHERENTS :
-Lieutenant-colonel Armand BENESIS DE ROTROU, commandeur de la Légion d'Honneur, officier de l'Ordre
National du Mérite, croix de la Valeur Militaire (six citations), croix du Combattant Volontaire, croix du Combattant,
médaille d'Outre-mer (agrafe Tchad), médaille commémorative d'Algérie, médaille du Titre de Reconnaissance de la
Nation, médaille des Blessés (deux blessures). Le lieutenant-colonel BENESIS DE ROTROU a reçu le 21 janvier
2010 le Prix « Armée et Défense », décerné par l'UNOR, pour son livre « Commando « GEORGES » et l'Algérie
d'après ».(voir article dans le bulletin 137 de l'ANORI).
-Colonel Jean-Pierre BRÈTHES, chevalier de la Légion d'Honneur, chevalier de l'Ordre National du Mérite, chevalier
des Palmes Académiques, médaille d'or des services militaires volontaires. Le colonel BRÈTHES est président de
l'Amicale du 34ème RI, délégué départemental du CIDAN, référent correspondants défense de l'IHEDN, ancien
président, fondateur, de l'Association des Cadres de Réserve des Landes. Professeur agrégé de lettres classiques,
docteur ès lettres, il est ORSEM et sert sous ESR comme chef d'état-major de la DMD des Landes.
-Capitaine Yannick DUCOURNEAU, chevalier de l'Ordre National du Mérite, éducateur sportif, de Draguignan.
MEMBRES BIENFAITEURS :
-Chef de bataillon Michel PERNELLE
-Caporal Jean RABIA -Chef de bataillon Guy PETER -Colonel Robert BONIONI -Lieutenant-colonel Pierre BADOIS -Capitaine Jean-Michel GRUNBERG -Lieutenant-colonel Alain CORNUAU -Colonel Jérôme DRILHON -Lieutenant-colonel Paul PRIEUR -1ère classe Denys CHAPPEY -1ère Classe Claude SALLIN -1ère classe Julien SABOURET -Capitaine Michel CARTIER -Lieutenant Patrice EDEY GAMASSOU -Chef de bataillon André TECHE -Lieutenant Cyril ANDRE -Lieutenant-colonel Raoul GAZENGEL -Caporal Claude CAPOMASI -Colonel Maurice FRONTEAU -Colonel Richard MORAND -Lieutenant Jean-Pierre DUBLED -Chef de bataillon Pierre CREUSOT -Sergent-chef Thierry GOURLOT -Chef de bataillon Olivier PICAMOLES
CARNET NOIR :
Le 1er mai 2010 est décédé le lieutenant Jean-Louis DUMAS, commandeur de la Légion d'Honneur, ancien
président-directeur général d'HERMÈS. L'ANORI rend hommage à la mémoire de ce membre ancien et adresse ses
condoléances à ses proches.
ASSOCIATION NATIONALE DES RÉSERVISTES DE L'INFANTERIE
Président : LCL Patrice FICHET - Vice-président : LCL Paul PRIEUR Secrétaire Général : LTN Cyril ANDRE - Secrétaire Général Adjoint : CBA Guy PETER Trésorier : 1ère classe Denys CHAPPEY - Trésorier Adjoint : 1ère classe Julien SABOURET Présidents honoraires : COL Maurice FRONTEAU, COL Jacques BIGOT, CBA Michel PERNELLE Composition et mise en page du bulletin : LTN Cyril ANDRE Siège : 12, rue Marie Laurencin – 75012 PARIS Adresser la correspondance au président Lieutenant-colonel Patrice FICHET- 33, r ue du Maréchal Joffre – 92700 COLOMBES Bulletin de liaison n°138 - ANORI

Source: http://anorinfanterie.free.fr/Html/Bulletin%20138.pdf

Sutton_body_soul_final

Soul and Body in Seventeenth-Century British Philosophy Peter Anstey (ed), The Oxford Handbook of British Philosophy in the Seventeenth Century Ideas about soul and body – about thinking or remembering, mind and life, brain and self – remain both diverse and controversial in our neurocentric age. The history of these ideas is

All.dvi

Chapter 2Metastasis and Drug Resistance Dominic Fan, Sun-Jin Kim, Robert L. Langley, and Isaiah J. Fidler Multidrug resistance (MDR) phenotype emerging from chemotherapy is a major problem in managing patients with metastatic cancers. The discovery thata cardiovascular drug, verapamil, can bind to P-glycoprotein and reverse MDR ini-tiated serious research efforts in MDR-reversal by various compounds and modesof pharmacological modifiers. Those include major calcium channel blockers suchas bepridil, diltiazem, felodipine, isradipine, nicardipine, nifedipine and nimodip-ine, verapamil and analogs; calmodulin antagonists; antibiotics and analogs; indolealkaloids; cyclosporins and analogs; hormones and antihormones; pharmaceuticalemulsifying surfactants; liposomal encapsulation; etc. The majority of the studiestargeted one of the MDR mechanisms, P-glycoprotein. These studies have beensuccessful under in vitro and limited in vivo animal conditions; the correlations forclinical trails are still lacking. Therefore, an effective MDR-reversing chemother-apy is not available. It is the purpose of this chapter to review the past and currentexperimental reversal of MDR and, in particular, the importance in targeting drugresistance in relevant cancer metastasis models.

Copyright © 2008-2016 No Medical Care